logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/08/2018

Les médiévales de BRIGNOLES

Après de violents orages, le beau temps est revenu et c'est heureux car nous allons à BRIGNOLES pour voir la ville qui est en fête.

Dès l'époque protohistorique, une présence humaine est attestée par la découverte d'abris sous roche à flanc de coteaux, la plaine étant marécageuse et insalubre.

A l'antiquité l'assainissement de celle-ci permet l'installation de la population le long de la voie Aurélienne. Le territoire est alors découpé en grands ensembles agricoles.

Suite à l'instabilité politique et à l'insécurité du début du Moyen Age, un premier castrum d'environ 2 hectares, ceinturé par un rempart, s'établit à l'emplacement de l'actuelle église Saint Sauveur au XIè siècle. A partir de 1222 la ville prend de l'importance passant sous la tutelle des Comtes de Provence. Le bourg prend de l'importance et une deuxième enceinte est alors construite. En 1481 lorsque la Provence est rattachée au royaume de France, Brignoles devient chef lieu de viguerie (subdivision administrative du royaume).

A la fin du XVIè siècle la construction d'un troisième rempart est entreprise (1578-1615)

Après la Révolution française, Brignoles devien chef lieu du département du Var de 1795 à 1800, puis sous-préfecture. La ville devient très prospère, de grandes voies de communication sont aménagées et une gare est construite. 

Au début du XXè siècle l'économie se renforce avec le développement des mines de bauxite exploitées sur l'ensemble du bassin bagnolais.

Les cultures telles que la vigne, les céréales et les oliviers se sont développées depuis l'époque romaine et persistent jusqu'à nos jours. A cette époque débute l'exploitation de la carrière de marbre du Rocher du Candélon située au Sud-Ouest de la ville, encore en activité de nos jours.

Dès le début du XVIè siècle la fabrication et la vente de draps sont alors la principale industrie de Brignoles, viennent ensuite le tissage et la teinture des étoffes, le tannage des peaux et la fabrication des tuiles. Certaines de ces industries vont perdurer jusqu'au XXè siècle.

A la fin du XIXè siècle, début du XXè siècle Brigoles en plus de ses moulins à farine, à tan, à huile, de ses pressoirs, de ses papeteries, des fabriques de tuile ou de cire, se dote duchemin de fer, d'un hôpital, du premier quartier industriel  la Burlière avec la construction d'un abattoir et d'une distillerie.

De 1870 à 1990 le pays brigolais est un grand centre d'exploitation de la beauxite ; cette exploitation florissante a des répercussions sur le commerce et l'artisanat de la ville.

L'activité viticole est encore aujourd'hui très importante et de grands domaines produisent des vins de qualité d'appellation "coteau varois en Provence".

En ce jour d'août BRIGNOLES retrouve son caractère de ville médiévales, rues commerçantes reconstituées, vieux métiers expliqués, danses médiévales, musique, toute la ville se met au diapason, c'est très agréable surtout par ce beau temps.

Un album vous attend

12/08/2018

Le Vallon des Carmes

Je suis un peu en retard car c'est dimanche dernier (5 août) que nous sommes allés nous rafraichir à BARJOLS (Var) car c'était la canicule à AURIOL.

P1080654-002.JPG

 

Au centre du Pays du Haut-Argens, le secteur très original de Varages-Barjols à Bras-Auriac constitue ce que les géologues appellent "l'Arc de Barjols". Tout l'espace de cet Arc de Barjols est constitué par les terrains les plus anciens de l'ère secondaire (-205 à -200 millions d'années).

L'imperméabilité fréquente de ces terrains, leur complexité, les nombreux vallons étroits et coudés, les petites cuvettes multiples, sont autant d'éléments qui ont favorisé le foisonnement de cours d'eaux : Argens, ruisseau des écrevisses, etc.

Les hommes ont su aménager et tirer parti de ces eaux depuis des siècles : nombreux canaux de moulins, canalisations de l'Argens, canaux de drainage et d'irrigation, eaux industrielles et urbaines.

Les eaux, sorties des massifs encadrant l'Arc de Barjols en sources abondantes et nombreuses, sont chargées en carbonates de calcium dissous qui se précipite en forant des tufs. Les hommes ont beaucoup profité de ces tufs poreux, faciles à tailler et assez résistants, surtout lorsqu'il s'agit de tufs anciens "indurés" qui portent alors le nom de travertins et qu'on rencontre un peu partout.

Le vieux Barjols st adossé à des falaises de tufs où se déversent les eaux des écoulements et des sources situées à leur sommet.

La ville a beaucoup utilisé les travertins de ses environs pour la construction des maisons anciennes et des murailles dont une partie est encore visible.

La fontaine de la mairie doit être souvent retaillée pour lui redonner forme tant les tufs se déposent rapidement.

La forêt humide est une originalité du secteur des reliefs en creux de l'Arc de Barjols. Forêt plus ou moins linéaire, de bords de rivières et ruisseaux, plages boisées et allongées de fonds de vallonnements. Des feuillus d'une riche diversité la composent en ensembles arborés souvent de haute tailles : peupliers et saules divers, érables, frênes, aulnes.

C'est dans ce cadre superbe que nous avons passé une journée au frais.

Allez voir l'album photos de cette promenade

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique